No Tears for you.

No Tears for you.

Il est des passions contre lesquelles il ne sert à rien de lutter… Il y a dix ans, Rory et Mal ont partagé la nuit d’amour la plus mémorable de leur vie. Alors que rien ne les prédestinait à se revoir, ces deux inconnus se sont promis de tout quitter pour l’autre s’ils étaient un jour amenés à se recroiser. Depuis cette soirée, chacun a refait sa vie. Rory a un super boulot, un super appart et un super copain. En somme, elle est à des kilomètres de celle qu’a rencontré Mal, dix ans auparavant. Ce dernier est devenu une star de la musique que s’arrachent les plus grandes maisons de disques. Malgré son succès auprès des femmes, il n’a pas oublié Rory et le pacte qu’ils ont fait lors de leur rencontre. Lorsqu’ils se retrouvent à New York, Rory est troublée par les sentiments contradictoires que Mal fait resurgir en elle. Respectera-t-elle la promesse qu’elle lui a faite ou choisira-t-elle de tourner le dos au passé ?

Sinners.

Sinners.

Pour surmonter leurs peurs, elles vont devoir les embrasser. Sauf que leurs peurs sont des êtres de chair… et de muscles. Millie, Rosie, Edie, Jesse et Mel ont un point commun : chacune a croisé un jour sur sa route l’un de ces hommes qu’on leur avait recommandé d’éviter. Des hommes dont émane un parfum épicé de danger, de désir et de décadence. Des hommes qui vont les conduire à affronter leurs propres faiblesses pour oser devenir celles qu’elles sont vraiment.

Kaguya-Sama – Love Is War.

Kaguya-Sama – Love Is War.

Synopsis : Au sein du Bureau des élèves de la prestigieuse académie Shûchiin, Kaguya Shinomiya, la vice-présidente, et Miyuki Shirogane, le président, sont l’élite de l’élite. Tout le temps qu'ils partagent ensemble laisse à penser qu’ils se plaisent et pourtant… six mois plus tard, rien ne s’est passé entre eux ! L’obstacle : leur fierté qui ne leur permet pas d’être le premier à déclarer sa flamme.

Jardin Secret.

Jardin Secret.

Aussi douée à l'école qu'en sport, belle et posée, Ran est surnommée "la fine fleur du lycée" par les garçons, qui préfèrent se tenir à une distance raisonnable d'elle. Mais Akira, un garçon de sa classe et fils de fleuriste, est différent des autres. Il est le seul à la traiter normalement et à rire avec elle.

Asexualité : Comprendre l’orientation invisible.

Asexualité : Comprendre l’orientation invisible.

1 %. C'est la proportion de personnes s'identifiant comme asexuelles, c'est-à-dire ne ressentant aucune attirance charnelle pour quiconque. Ramené à l'échelle mondiale, le sujet concerne des dizaines de millions d'individus et mérite une attention toute particulière. L'asexualité n'est pas une pathologie, elle est une orientation sexuelle à part entière encore trop souvent décriée car incomprise, dans une société où le sexe est omniprésent. Sa reconnaissance en tant que telle est déjà une victoire, mais le chemin est encore long... Ce livre est un point de départ pour quiconque s'intéresse à l'asexualité. Il aborde ses principes fondamentaux (ce qu'elle est et ce qu'elle n'est pas), les différentes nuances au sein de cette orientation (aromantisme, demisexuel...), et les problèmes les plus fréquents auxquels les personnes asexuelles sont confrontées. Il inclut également des ressources pour approfondir vos connaissances, ainsi que des conseils bienveillants.

Né d’aucune femme.

Né d’aucune femme.

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d'une femme à l'asile ». - Et alors, qu'y-a-t-il d'extraordinaire à cela ? Demandais-je. - Sous sa robe, c'est là que je les ai cachés. - De quoi parlez-vous ? - Les cahiers... Ceux de Rose. Ainsi sortent de l'ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquelles elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

À la ligne.

À la ligne.

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer.