Styx Riders, T3.

Tome précédent.

Synopsis : La Luxure. Dans ce club de strip-tease détenu par les Styx Riders, Ruby enfile le masque de Lux, envoutante chanteuse qui charme les clients de ses vocalises. Le secret de sa double identité, elle le cache à tous, devenant une autre la nuit venue sous la lueur enivrante des projecteurs. Cependant, la frontière entre ses deux alter egos se brouille le jour où Gold, officier au sein du MC, apparaît dans l’un des salons privés. Il l’attire depuis toujours, mais jamais elle n’avait osé l’approcher : l’étudiante sage qu’elle est en journée se sent bien trop insignifiante face à cet ex-militaire à l’aura sauvage. Sous le nom de Lux, en revanche, les choses pourraient être différentes… Entre le biker et la chanteuse se noue au fil des rencontres une attirance électrique. Mais quand les masques tomberont, l’Arès des temps modernes voudra-t-il encore de la jeune femme privée de ses fards ?

Ce troisième tome dénote avec les deux premiers, parce qu’on se retrouve dans un tout nouvel environnement. Si le premier englobait surtout les bikers et la romance, puis le second englobait surtout le lycée et autre : ici, on se retrouve au coeur de La Luxure, le coeur de strip-tease des Styx Riders. Bien sûr, ça a toujours un rapport avec le MC, mais pour une fois, j’ai l’impression de davantage entrer dans la romance que dans le club. Ce qui me plaît bien, même si j’adore vraiment tout ce qui tourne autour des bikers.

Comme dans chacun des tomes, il est question de boulet accrocher à nos chevilles et de valises qu’on traîne derrière nous. Ash avait la haine et la rage de son ex-fiancée, Alex avait la dépression de la perte de sa mère et du traumatisme de sa blessure par balle, quant à Gold, on y découvre un nouveau traumatisme lié à ses années dans l’armée. C’est souvent le même déroulement, mais ce que j’apprécie vraiment, c’est le fait que l’autrice ne mettra pas la fille en tant que grande sauveuse, celle qui doit tout faire pour aider l’autre.

Non, il n’est pas question de se priver de vivre sa vie pour sauver celui qu’on aime. Il est surtout question d’aide, d’entraide, d’amour et de confiance. Gold n’a pas vraiment besoin de Ruby dans sa vie, en tant qu’infirmière des plaies béantes de son passé. Non, il a envie d’elle et non pas besoin. Tout comme Ruby n’a pas besoin que le grand biker vienne la sauver de son beau-père et de sa vie assez ennuyante. Elle en a envie.

Kalypso Caldin arrive à nous faire vivre une suite d’évènement qui nous font réaliser que l’amour n’est pas une certaine nécessité dans la vie, sans laquelle on pourrait être heureux. Mais une force à laquelle on peut se raccrocher, à laquelle on peut se dévouer pour participer à notre épanouissement. Les filles et les garçons de cette série n’ont pas besoin de l’amour, ils en ont envie. Ils ont envie de lâcher prise, ils veulent ressentir. Et j’aime ce contexte fort et indépendant qu’elle enroule autour des personnages. Ils ne deviennent pas co-dépendant des autres, mais apprennent à vivre en harmonie.

Contrairement aux autres tomes, la romance dans celui-ci se déroule assez rapidement. Le fait que les personnages se connaissaient avant le début de l’histoire provoque une certaine accélération dans leur relation, mais d’un certain côté, je ne sais pas si j’aurais préféré que ça se passe un peu plus lentement. Portée par leurs émotions, ils foncent dans le tas assez facilement et rapidement sans prendre le temps de réfléchir vraiment à ce qu’ils doivent et ne doivent pas faire.

La fin est assez lourde à lire, à suivre, à comprendre, mais au final, c’est quelque chose qui est arrivé pour une bonne raison. On a pu voir jusqu’où les sentiments peuvent-ils aller, jusqu’où Ruby et Gold étaient prêt à aller pour l’autre. Et cette façon de voir leur relation est quelque chose d’important.

Mais maintenant, j’attends un quatrième chapitre avec Snack comme personnage masculin ! J’ai besoin de découvrir ce qu’il se passe dans sa tête, parce que ce gars : je l’adore depuis la première fois où il est apparu dans la saga. Et maintenant, plus que jamais, je veux savoir ce qu’il pense, ce qu’il vit, ce qu’il veut et le voir heureux.

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s