Né d’aucune femme.

Synopsis : « Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile ». – Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? Demandais-je. – Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés. – De quoi parlez-vous ? – Les cahiers… Ceux de Rose. Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquelles elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Ce roman est une magnifique découverte pour moi, de cette année 2021. On se retrouve ici projeté dans un univers contemporain, liant le passé, le présent et une certaine forme de futur, dans lequel les points de vues divergent. Il y a plusieurs protagonistes et chacun a sa façon de parler, avec ses propres expressions et même avec leur propre pronom, des fois à la forme personnelle et d’autre fois impersonnelle.

On plonge donc dans la vie de Rose, une jeune fille de quatorze ans qui dit en avoir seize, qui se fait acheter par un homme. Le début de l’histoire tourne autour de sa condition, de la façon dont elle devient femme de chambre chez cet homme. Nous la rencontrons à travers un homme de l’Eglise qui entendra parler d’elle alors qu’elle aura été enfermé en asile pendant plusieurs années. Mais la réelle question est : comment est-elle arrivée à l’asile alors qu’elle n’avait que quatorze ans au début de l’histoire ?

Ce roman m’a réellement ému dans de nombreuses situations, je me suis sentie envahir par les sentiments tous plus puissants les uns que les autres. Le personnage de Rose est articulé en tant que jeune fille intelligente, forte, courageuse, mais qui reste malgré tout une jeune fille impressionnable, mais que nous verrons détruite au fil des pages. Nous sommes rapidement forcés de l’aimer, de vouloir la protéger et la chérir.

Surtout lorsque nous comprenons dans quelle situation elle se retrouve forcée de grandir. Et nous pouvons voir aussi une certaine volonté féministe de l’auteur dans certains passages qui m’ont marqué. « C’est avoir que veulent les hommes, les femmes, c’est pouvoir. On fait rien pour, et elles tout. » 

Tout comme j’ai pu percevoir une grande importance de la religion durant le roman, mais une certaine forme assez triste. Dans une société passé où la religion est coutume, on y voit Rose s’y raccrocher, mais voir qu’au fur et à mesure, la fatalité finit toujours par la blesser. « Je me suis mise à prier Jésus, Marie, Joseph et tous les saints de me venir en aide, n’importe qui, […], mais il n’y en a pas un qui a levé le petit doigt, comme chaque fois que j’avais eu besoin d’eux dans le passé. C’est là que j’ai compris, que le diable, lui, il vient sans qu’on est besoin de l’appeler. » 

« Même à l’âge que j’avais, je savais à quoi m’en tenir avec les hommes, qu’il y en avait deux sortes, soit avec un pouvoir sur les autres, venue de l’argent ou du sang, ou même des deux à la fois, et puis les lâches. […] Parce qu’être lâche, c’est pas forcément reculer, ça peut simplement consister à faire un pas de côté pour plus rien voir de ce qui dérange. » 

Le personnage de Rose mûrit au fur et à mesure des pages, découvrant l’horreur que la vie peut avoir à donner, se confrontant à des personnes mal intentionnées et des souffrances qu’aucun ne devrait à vivre. Pourtant, le courage et la force dont elle fait preuve jusqu’à la fin la sauve de la folie et lui offrira, à la fin de l’histoire, une véritable douceur dans l’âme.

Ce fut une belle découverte, un coup de coeur particulier, dont j’ai adoré chaque page. Même si le début a été un peu compliqué à saisir, entre le passé/présent, dès lors que je suis entrée dans l’histoire, je n’arrivais plus à m’arrêter et j’ai dévoré l’ouvrage, me nourrissant de l’histoire de Rose, pleurant à ses côtés, riant et espérant pour elle.

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s