365 Jours, T1.

Tome suivant →

Synopsis : Laura, avec son petit ami Martin et deux amis partent en vacances en Sicile. Le deuxième jour de son séjour – à son vingt-neuvième anniversaire, la jeune femme est kidnappée. Le kidnappeur s’avère être le chef de la famille mafieuse sicilienne, extrêmement beau, le jeune Don – Massimo Toricelli. Un homme, quelques années plus tôt, avait tenté d’attenter à sa vie. Abattu plusieurs fois, il a failli mourir – et quand son cœur a cessé de battre, il a vu une fille devant ses yeux, à savoir Laura Biel. Lorsqu’il a été ramené à la vie, il s’est promis de retrouver la femme qu’il avait vue. Massimo donne à Laura 365 jours pour se faire aimer et rester avec lui.

Contrairement à l’avis général, j’avais bien aimé le film, alors j’ai été relativement heureuse de le retrouver éditer en français ces derniers mois. Sauf que j’aurais dû le savoir : ne jamais regarder le film avant d’avoir lu le livre, ça retire beaucoup trop de piment à ton imagination et ça te déçoit forcément. Ce petit tome n’aura pas dérogé à la règle.

Premièrement, le personnage de Laura est agaçant parce qu’elle ne fait que pleurer sans arrêt, elle dit avoir un caractère fort, mais n’est en réalité qu’un chat qui feule mais finit par se frotter à ta jambe pour tes attentions et des caresses. Si, à l’origine, l’idée de sa maladie de coeur pouvait être intéressant et bien utilisé, ça a été une réelle plaie de la voir s’évanouir tous les deux chapitres parce qu’elle aura vu une tâche de sang par terre ou qu’elle aura été effrayé par n’importe quoi.

Massimo est un personnage un peu plus énigmatique que j’ai préféré à celui de Laura, mais encore une fois : sans plus. Il fait l’homme fort et courageux, celui qui bravera tous les interdits pour celle qu’il aime, mais l’histoire de base avec ses visions et ses rêves m’a un peu fait souffler du nez au début. Du moins, l’idée aurait pu être très bien exploité, mais l’écriture de l’autrice m’a donné l’impression de tomber dans une fiction wattpad pas très haut de gamme.

Il y a un tel ramassis de cliché que j’ai souvent été assez agacé. Si on retire les scènes de sexes qui avaient une certaine concordance, on se retrouve au centre d’une histoire d’amour niaise entre un méchant badboy mafieux qui a rêvé d’une femme qu’il rencontrera cinq ans plus tard et qu’il kidnappera pour l’avoir pour toujours à ses côtés. Quant à cette femme, elle finit par tomber amoureuse comme dans toute romance qui se respecte, mais laissera de côté une porte partie de sa vie.

En soit, l’histoire n’aura pas été une vraie horreur, j’ai même réussi à apprécier quelques passages mais les chapitres… Les chapitres sont horriblement longs et je me suis sentie perdre le fil assez souvent en regardant le nombre de page qu’il restait pour le terminer le plus rapidement possible. Il y a beaucoup de description, de grand retournement de situation décrite, beaucoup de chose qui me donne l’impression d’avoir été jeté dans un monde mafieux sans base ni structure, mais tant qu’il y a un mafieux, après tout, pourquoi pas ?

Mais j’aime bien avoir une base solide, des personnages attachants et une vraie histoire qui se suit et se comprend. Ici, ce n’est pas exactement ce que j’espérais et je suis un peu déçue. Je tâcherais de continuer la série, mais simplement pour savoir si la suite en film en vaut vraiment la peine ou non. Pour l’instant, je réalise que j’ai peut-être préféré le film à cause de l’acteur… Mais l’histoire n’a pas beaucoup de force, finalement.

Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s