Banquier, T2 : Le dictateur.

Tome précédent Tome suivant

Synopsis : Je suis toujours en vie pour une seule raison : le bébé qui grandit en moi. Mon bébé m’a sauvé la vie. Mais je suis prisonnière dans la forteresse de Cato. Il m’en veut et ne supporte pas ma vue. Maintenant que je l’ai trahi, il refuse de coucher avec moi. Mais il me manque… et je lui manque aussi. J’ai couché avec Cato pour sauver mon père, mais il compte beaucoup pour moi. Je tiens à lui et je sais qu’il tient à moi. Pourrai-je mériter son pardon ? Gagner sa confiance ? Et ensuite, me tuera-t-il quand même ?

Si le premier tome aura réussi à me transcender, avec un réalisme et une équité incroyable, j’ai été légèrement moins ravie de découvrir le second. Bien sûr, je l’ai adoré, parce que l’histoire inachevé du premier tome se continuait, mais j’ai trouvé que ce tome manquait de saveur. 

Les choses manquaient de réalismes, de normalité. Quand on plonge dans un monde mafieux, c’est attendu : tout se passe un peu loin des normes que nous connaissons tous, mais là, c’est un peu exagéré pour certain cas qui m’ont paru un peu brouillon, alors qu’il aurait fallu peut-être mieux travailler les coutures. 

Le personnage de Siena a bien changé du premier tome. Si elle garde sa langue bien pendu, elle se retrouve rapidement par perdre sa force et se laisser dominer par sa passion et son désir. Je pourrais dire que je n’ai pas aimé, mais ce n’est pas le cas. Au début, j’ai été un peu agacé parce qu’elle perdait cette « image » de femme forte, mais au final, j’ai compris. 

Quand un homme rampe devant une femme pour s’excuser, se faire pardonner, dire ce qu’il ressent et ce qu’il veut : c’est adorable. Parce que l’homme fort ploie devant la femme. Pourtant, quand c’est l’inverse qui se produit : la femme est considérée comme faible. Mes premières pensées étaient ainsi tourné, malheureusement, mais j’ai rapidement compris que c’était en réalité la normalité de faire ça. 

Quand l’amour et la passion se mêlent, tout le reste devient désillusion. Alors quand Siena découvre sa grossesse, tout prend un sens différent. Elle ne peut plus être cette femme forte et indépendante, elle prend en elle la responsabilité d’un être fragile. Elle ne peut plus agir bêtement. 

Et Cato ne peut plus agir aussi impulsivement, même s’il continue. Il prend pourtant une certaine maturité dans ses réactions et actions tout le long du tome, même si sa froideur et son impassibilité reste bien présent. Il reste cet homme fort et puissant que j’ai adoré. 

Tout ce tome m’a lancé dans une histoire que j’ai adoré, mais le manque de profondeur de certaine scène m’a agacé. Certains actes étaient trop rapide, trop irréfléchi, trop… Trop. Et j’aurai aimé avoir plus de contenu pour comprendre mieux les choses. Des fois, tout se passait tellement vite, que j’avais l’impression d’être dans le rêve d’un personnage, dans un monde imaginaire et idéalisé. Sauf que c’était la réalité. Et c’était assez décevant de voir les choses arriver aussi facilement. 

Pourtant, j’ai adoré la suite de cette série et ait hâte de découvrir le prochain tome qui saura, j’en suis sûre, me faire voyager encore un peu plus dans les paysages d’Italie qui me manque tant. 

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s