No rules.

Synopsis : Comment gagner un jeu dont on ne connaît ni les règles, ni les codes ? A peine arrivée sur son nouveau campus, Iris assiste à une vague d’hystérie dans les couloirs de la fac. Le groupe le plus sélect’ du campus vient de lancer une invitation : qui veut tenter de les rejoindre ? Les membres de La Meute règnent en maîtres sur l’université : tout le monde les connaît, et tout le monde veut en être… Sauf Iris, qui a des priorités bien différentes ! Mais c’était sans compter sur Tucker, le leader du groupe aussi horripilant qu’attirant, qui a d’autres plans pour la jeune fille… Et alors que le bad boy l’entraîne dans son univers sulfureux et inquiétant dont elle ne connait pas encore les règles, Iris va vite se rendre compte que résister à la tentation n’est pas si facile ! Sera-t-elle prête à pousser les portes de l’enfer aux côtés de Tucker… au risque de trop se prendre au jeu ?

Qui ne rêve pas d’attirer le regard du beau gosse de l’université ? Et surtout, qui ne rêve pas d’être cette fille que tout le monde dévisage avec envie et admiration ? Bon, ne partons pas trop loin, Iris n’est pas vraiment la fille que tout le monde rêve d’être, mais elle a un caractère qui force le respect. Et dans une romance, c’est ce qu’on aime. 

J’ai souvent entendu dire qu’on aimait les mauvais garçons parce que, contrairement aux gentils qui sacrifieront une personne pour le monde, le vilains est celui qui sacrifiera le monde pour l’être aimé. Et quand on tombe sur Tucker, c’est un peu ce qui se passe. Même s’il n’est pas le vilain des films Disney, il envoie sa dose de testostérone bien comme il faut. 

Ce qui m’a légèrement agacé dans ce roman, c’est le fait d’additionner les souffrances et les malheurs. Tout le monde a un malheur qui entraîne des souffrances, qui entraînent de l’agressivité, et ainsi de suite. Ce petit roulement habituel des choses peut rapidement devenir agaçant. Après tout, il ne faut pas forcément être malheureuse pour vouloir être heureuse avec quelqu’un. C’est un nouveau cliché de la romance qui réussit à m’exaspérer. 

Heureusement pour ce roman, Iris aura réussi à me convaincre de rester avec son caractère et ses bonnes réparties. Même si elle a un certain côté naïf et idiot qui lui va pourtant si bien, elle réussit à s’imposer dans l’histoire comme une femme qui a du caractère et qui sait ce qu’elle veut (la plupart du temps) et c’est agréable de voir Tucker, ce stéréotype du garçon populaire, plier le genou devant elle. 

Ce roman n’est pas exceptionnel, comme beaucoup l’ont vendu sur les réseaux sociaux. « Coup de coeur », « coup de coeur »… Je l’ai apprécié, il était intéressant et assez intense, mais encore une fois, il y a eu quelques clichés, défauts et stéréotypes qui m’ont agacé. 

Malgré tout ça, j’ai été assez satisfaite de ma lecture, notamment de la fin qui montre une vraie maturité de l’oeuvre et des personnages. Si certaines scènes ont paru assez évidentes et sans grand fondement, j’ai pu voir le vrai travail de l’autrice qui a su conquérir mon petit coeur qui aime les clichés et les mauvais garçons. Tucker aura été un bon petit casse-croute. 

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s