Royales Alliances, T1 : Aux ordres du prince.

Tome suivant →

Synopsis : Londres, 1845. Indépendante, fière et libre-penseuse, Eliza ne tient guère compte de l’opinion des autres, puisant dans son statut de solitaire les avantages qui lui permettent de vivre à sa guise, loin de toute convention sociale. Ainsi peut-elle seconder son père bien-aimé – Tricklebank, juge à la vue défaillante – tout en menant par ailleurs une existence paisible. Jusqu’au jour où l’une de ses recherches la conduit devant le prince héritier Sebastian d’Alucia, éphèbe lassé du luxe et de l’étiquette, qui semble faire vaciller toutes ses certitudes…

J’ai eu le plaisir de découvrir ce roman grâce à l’éditeur qui m’a permis de le lire sur Net Galley. Pour ça, je tiens à remercier l’éditeur de leur confiance. Ces derniers temps, je suis vraiment attirée par les romances historiques et celui-ci aura eu le plaisir de me surprendre, de me faire tourner la tête, de me faire éclater de rire et m’a nourri l’âme d’un amour simple, unique et magnifique.

Eliza est une jeune femme pleine de vie, rafraichissante, surprenante. Cataloguée comme vieille fille par la société anglaise après une fâcheuse histoire avec un jeune homme déloyal, maintenant a vingt-huit ans, elle ne se prend plus la tête et s’est résignée à une vie simple, mettant son père aveugle au premier plan sur tout. Jusqu’au jour où sa soeur, Hollis, décidera de créer une gazette pour lady, un magazine où seront inscrit rumeurs et aides ménagères.

Si j’étais légèrement agacée par ce simple magazine people, reléguant la femme à une sorte de commère intarissable et une bonne femme de maison, prête à enfanter sans ouvrir la bouche. Mais au final, après une bonne réflexion et une bonne lecture de ce magnifique roman, j’ai surtout vu en cette gazette une merveilleuse opportunité pour les femmes de se faire entendre, même si ce n’est qu’à travers certaines idées assez archaïque. J’ai beaucoup aimé ce retournement de situation, permettant à la Femme de prendre les rênes d’une entreprise et d’y permettre une vraie réflexion et une vraie aide pour les autres.

Alors quand Eliza arrive à se faire inviter à un bal donné en l’honneur d’un prince futur roi d’Alucie, grâce à sa soeur Hollis et sa meilleure amie Caroline, elle y découvrira un beau monde et surtout : finira devant le prince durant la soirée. Non pas une seule fois, mais deux fois. Cette soirée aura permis à Eliza de retrouver une certaine volonté de vivre en dehors, en société. De quitter son monde fermé où elle ne pense qu’à aider son père et rester à la maison.

Grâce à sa qualité de vieille fille, Eliza gagne en courage, en force, en audace, en témérité. Elle ne cache pas ce qu’elle ressent, elle n’enjolive pas les choses, mais assume pleinement chacun de ses propos sans s’en émouvoir. Cette faculté est une vraie bouffée d’air frais, permettant aux lecteurs d’y découvrir une femme forte et indépendante, même au dix-neuvième siècle anglais.

À côté de ça, Sebastian, le futur roi, aura aussi beaucoup à nous faire découvrir. Si on peut le prendre pour un goujat à l’origine, une sorte de beaux parleurs qui drague tout ce qui bouge et qui cherchera toujours à avoir l’attention sur lui, c’est bien différent en réalité. Il n’est qu’un prince qui rêverait d’être un simple homme, capable de prendre ses propres décisions, d’être libre. Et pour couronner le tout, cet homme est d’un charisme et d’une beauté à tout épreuve.

Et puis, il est arrivé un malheur, l’assassinat d’un homme. Un aluciens a été tué, mais qui a commis cet impair ? Eliza cherchera à le découvrir, offrant la possibilité à cette jeune femme d’y rencontrer le prince et de pouvoir prendre le temps avec lui de le découvrir. Cette petite aventure policière est aussi une magnifique façon de faire passer le temps, découvrant une réelle relation entre les deux qui naitra. Leur relation n’est d’abord qu’amitié, de toute façon, comme aurait-il pu être autrement ?

Eliza est une femme du peuple, même si son père qui est un juge de la cour supérieure de justice de la reine d’Angleterre, elle n’en retient aucun titre, aucune dot permettant sa sélection dans les futurs chances du prince. Parce que, bien sûr, un bonheur ne vient pas seul : Sebastian est présent sur le territoire anglais pas uniquement pour signer un traité commercial, permettant à son royaume de grandir, mais aussi pour trouver une épouse.

Les histoires avec les princes m’a toujours attiré, peut-être cet aspect qu’offre les mariages impossibles, les Roméo et Juliette. Jusqu’au bout, l’histoire nous tient en haleine sur la force de leur amour et de leur relation, mais la vérité est bien là : un prince n’épouse pas une femme du peuple, il épouse une lady. Et ça, Eliza n’en ai pas une.

En bref, ce roman aura été une vraie merveille, une vraie découverte qui m’aura permis de ressentir de nombreuses émotions, retournant mon coeur et mon âme. J’ai adoré chacun des personnages et après plusieurs recherches, ai découvert qu’un second tome sortira en utilisant Caroline, la meilleure amie d’Eliza, comme personnage principal. Et ça, je l’attends aussi avec impatience ! L’écriture de Julia London est d’une finesse et d’une grande douceur, que je ne cesse de vouloir redécouvrir à nouveau.

Note : 4.5 sur 5.

4 commentaires sur “Royales Alliances, T1 : Aux ordres du prince.

    1. J’aime les histoires impossible, surtout avec des personnes assez importantes, ça donne toujours une touche d’imprévisibilité, alors avec un prince futur roi…. Que demande le peuple ! Et honnêtement, ce roman n’est pas centré sur le prin-prince qui se prend pour je-ne-sais-pas-qui, mais avec un fond bien plus fourni. Si tu aimes les romans historiques, je te le conseille et il est toujours disponible sur NetGalley !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s